Un doigt momifié de 38 cm découvert en Egypte

Publié le par Syntax Error

Un doigt momifié de 38 cm découvert en Egypte

Le photographe Gregory Spörri est un entrepreneur de 56 ans propriétaire de discothèques à Bâle, en Suisse, passionné par l'Egypte ancienne. En Avril 1988, Il effectua un voyage en Egypte armé d'un certain nombre de livres recommandés par un ami afin d'en apprendre davantage sur l'ancienne culture égyptienne.

Pendant ce voyage en Egypte, Spörri se rendit souvent dans la Grande Pyramide où il voulait savoir s'il existait une énergie cosmique bio à l'intérieur. Pour atteindre son but, il rampa à travers les arbres, soudoya des surveillants, et passa des heures interminables dans divers sarcophages à attendre des preuves d'une alimentation. En vain. Spörri pensait que si vous mettiez une bouteille remplie d'eau au-dessus de la Grande Pyramide, elle allait exploser à cause de l'énergie cosmique. Il réalisa l'expérience mais malheureusement pour lui, rien n'arriva.

Le voyage de Spörri était presque terminé lorsque le barman de l'hôtel où il était descendu lui dit qu'il connaissait une excursion intéressante pour lui (le barman l'avait observé et avait remarqué qu'il était intéressé par les cas extraordinaires). Spörri était curieux et décida de faire l'excursion. L'avant-dernier jour de ses vacances, tôt le matin, un taxi vint le chercher afin de l'emmener à sa destination. Le barman montra au chauffeur une note froissée avec l'adresse et le voyage commença. Le voyage dura deux heures jusqu'au quartier Bir Hooker, un endroit près de Sadate City, situé à environ 100 km au nord-ouest du Caire. Ils s'arrêtèrent à une ferme où Spörri rencontra un vieux fermier nommé Nagib.

Nagib se révéla être un descendant d'une ancienne famille de pilleurs de tombes. De ses ancêtres, Nagib avait hérité de deux caisses en bois pleines d'objets de valeur qui lui fournirent un bon revenu au fil des ans. Les trésors volés furent vendus à des touristes occidentaux et le produit permît à Nagib d'acheter des terres . Cependant, il y avait un article qu'il n'avait jamais vendu qui était en possession de sa famille depuis 150 ans. Seules quelques personnes ont jamais vu cet objet.

Nagib était en difficulté financière alors il proposa à Spörri de voir cet objet particulier, de le photographier et de le tenir pour un montant de 300 $. Spörri s'assit sur un banc de bois, Nagib sortît une boîte en bois et souleva le couvercle. Une odeur de moisi s'éleva dans les airs. Il sortît alors un paquet allongé, enveloppé dans un sac en cuir fermé avec un lacet. Sous la peau de chamois, de vieux chiffons enveloppaient un objet à l'aspect étrange. Lorsque Nagib déballa le paquet, un objet oblong gris-brun émergea. Il déposa soigneusement l'objet dans les mains de Spörri qui examina l'objet avec curiosité. Soudainement, il réalisa qu'il tenait un doigt momifié gigantesque.

« C'était un paquet oblong, qui sentait le moisi. J'ai été absolument sidéré quand j'ai vu la relique brun foncé. Le doigt plié était fendu et recouvert de moisissures séchées. Il était étonnamment léger, peut-être quelques centaines de grammes. Mon cœur battait à tout rompre. C'était incroyable. La taille d'un corps correspondant aurait dû être d'environ cinq à six mètres de haut... . »

Un doigt momifié de 38 cm découvert en Egypte
Un doigt momifié de 38 cm découvert en Egypte

Ce n'était pas un doigt ordinaire. Il mesurait au moins 35 centimètres de long et faisait environ 6 centimètres d'épaisseur. Spörri observa le doigt en détail et pût déterminer que ce qu'il tenait était vieux, organique et humanoïde. Le doigt semblait avoir été coupé avec une précision anatomique, et était émietté à certains endroits. La peau coriace était arrachée par endroits et son épaisseur faisait plusieurs millimètres. Entre les plis cutanés desséchés il pût voir des restes de champignons et constata que l'ongle était lâche. La surface de la peau était endommagée par endroits, comme si des souris l'avaient rongée. L'os sentait le boisé.

Spörri était abasourdi par la taille anormale du doigt qui signifiait que son propriétaire devait avoir une taille d'au moins 5 ou 6 mètres de hauteur. Son scepticisme conduisit Nagib à lui montrer un autre élément contenu dans la boîte en bois - un dossier en cuir contenant un certain nombre de documents. Dans le dossier figurait un certificat d'authenticité, des papiers en arabe et en lettres latines, une photo Polaroid du doigt et une radiographie faite dans les années 60. Le fils du fermier avait fait faire des recherches par un ami à l'hôpital du Caire. Lorsque Spörri compara le doigt avec la radio il pût voir que les proportions et la forme étaient correctes et que la radio était celle du doigt qu'il tenait.

"Certificat d'authenticité" et radio prise aux rayons X.

Nagib refusa de dire à Spörri où le doigt avait été trouvé, mais fit des allusions à une pièce cachée dans la base de la Grande Pyramide où se trouvent d'énormes tombes vides. « Les pilleurs de tombes imploraient tous Allah. Mais le doigt n'était pas à vendre. Il semblait être beaucoup trop important pour lui et sa famille. »

Avant son retour à son hôtel, Spörri prît un certain nombre de photos où il mît un billet de banque billet égyptien de 20 Livres à côté pour obtenir une comparaison de taille. Celui-ci mesure 15,4 cm x 7 cm.

Un doigt momifié de 38 cm découvert en Egypte

Aujourd'hui Spörri regrette d'avoir seulement pris des photos. Pendant des années il a présenté les photos à des scientifiques qui ne sont pas intéressés par le doigt, qui devrait être impossible. La relique ne rentre pas dans leurs théories. En 2009, Spörri se rendit en Egypte afin de rechercher activement le vieil homme et la relique. Mais les traces de Bir Hooker avaient fait long feu... En 19 ans, beaucoup de choses ont changé, des routes ont été construites, et Nagib, un homme âgé en 1988, est probablement aujourd'hui décédé. A ce jour la recherche n'a abouti à aucun résultat et il semble que la relique, ainsi que ses gardiens; ont disparu.

Spörri a travaillé intensivement sur la relique, lu les mythes au sujet des géants, fut également amené clandestinement dans les pyramides de Gizeh, visita le Sérapéum de Saqqarah où se trouvent notamment d'énormes sarcophages, beaucoup trop grands pour des personnes...

La découverte de Spörri du doigt momifié soulève d'importantes questions au sujet de notre passé et de nos origines. Les géants étaient-ils en Egypte ? L' historien romain Flavius ​​Josèph a rapporté en 79 après J.C. à propos de ces êtres dans son Histoire de la Guerre des Juifs, « Il y avait des géants. Beaucoup plus grand et de forme différente que les gens normaux . Terribles à regarder. Qui n'a pas vu de ses propres yeux ne peut pas croire qu'ils ont été si énormes. »

Exemple de cas de Makrodactylie
Exemple de cas de Makrodactylie

Les scientifiques ont étudié les photos, mais n'ont pas été en mesure de tirer une conclusion sur la base des seules images. Ils ont cependant confirmé que le doigt momifié paraissait authentique, mais ont rejeté la possibilité d'une race de géants dans le passé. Ils ont étudié la possibilité de savoir si le doigt peut être liée à la makrodactylie (ou syndrome de Proteus ou gigantisme). Cette condition implique la croissance excessive des orteils ou des doigts du patient. Cette théorie a ensuite été écartée en raison de la relique qui a des proportions normales d'épaisseur et la taille de l'ongle par rapport à la longueur du doigt. En Makrodactylie ce ratio est absent et l'os sera plus long que la normale.

Gregor Spörri a aussi écrit un livre dans lequel la relique joue un rôle important traitant d'une ancienne prophétie biblique commençant avec une invasion extraterrestre. (A ce jour édité uniquement en allemand)

Il a créé un site (The lost God) à propos de ce livre sur lequel il a posté les photos (superbes) de ses visites archéologiques en égypte.

 

 

Quand au doigt, pourrait-il s'agir de celui d'un grand singe?

Un très grand alors!

 

 
Traduction et mise en page Syntax Error

Sources: Ancient-origins - Ancient-origins - Bild

Publié dans Archéologie interdite

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marylise 21/06/2016 16:03

Là, le mystère reste entier mais je ne comprernds pas le manque d'enthousiame des scientifiques (si ce n'est dû à l'absence de l'objet lui-même) car des squelettes géants ont déjà été découverts.