Y a-t-il vraiment le nombre 666 sur les code-barres?

Publié le par Syntax Error

Y a-t-il vraiment le nombre 666 sur les code-barres?

La numérotation internationale des articles est issue de ce qu'on appelle le code EAN: European Article Number, c'est-à-dire numérotation européenne des articles. Son développement est dû principalement à un groupe d'experts européens comportant une forte participation franco-allemande. Le code EAN est originellement basé sur la technologie de l'UPC (Universal Product Code - Numérotation des articles aux USA et au Canada).

Le premier code barre utilisé est le code UPC (Universal Product Code) qui devait aider l’industrie de marché lorsqu’elle commença à se diversifier sévèrement. Ce code barre a été spécialement créé pour les USA et le Canada. La version française pour UPC est CUP (Code Universel des Produits).

L'UPC, l'ancêtre de l'EAN, comportait déjà les 3 doubles barres prolongées vers le bas. Le projet de conception de l'UPC débuta en avril 1971 et devait s'achever le vendredi 30 mars 1973. Cet UPC fut introduit officiellement le mardi 3 avril 1973 par George Laurer, l'année où la Commission Trilatérale a vu le jour. Dérivé de l'UPC, le code EAN fut adopté rapidement comme numérotation internationale des articles.

L' EAN existe en deux versions: l'EAN 13, ainsi qu'une version nationale plus petite, l'EAN 8. Il va sans dire que les deux versions possèdent, l'une comme l'autre, les trois fameuses barres doubles prolongées vers le bas.

Le premier code barre utilisé est le UPC (Universal Product Code) qui devait aider l’industrie de marché lorsqu’elle commença à se diversifier sévèrement. Ce code barre a été spécialement créé pour les USA et le Canada. La version française pour UPC est CUP (Code Universel des Produits).

Comment un scanner lit-il le Code-Barre?

Chaque chiffre du code-barre est divisé en 7 unités différentes. Une unité est soit blanche ou noire, une unité noire se représente par une barre noire et une unité blanche se représente par un espace blanc.

 
Dans un code-barres UPC-A, chaque chiffre est représenté par une séquence de sept bits,
lesquels sont encodés par une série alternante de barres et d'espaces blancs.
 Les barres de garde, en vert, séparent deux groupes de six chiffres.
 

Une autre manière d’écrire une unité du code barre est « 1″ pour les unités « Barre Noire » et « 0″ pour les unités « Barre Blanche ». Par exemple le chiffre 6 est composé de 7 unités et on l’écrit 0101111 ou alors espace,barre,espace,barre,barre,barre,barre. Rappelez-vous qu’un simple chiffre de code-barre est représenté en 7 unités.

 
Exemple du Code 6 (Code du Fabricant) Côté gauche Nombre 6
 

Elément Fondamental dans la compréhension du Code-Barre

Aussi, sur un code-barre UPC, les chiffres du côté gauche (Code du Fabricant) sont différents de ceux de droite (Code du Produit). Les chiffres du côté gauche sont en fait inversés ou réfléchis dans un miroir par rapport aux chiffres côté droit.

 

Regardez le tableau qui suit pour comprendre:

Ce qui est une barre sur le côté droit est en fait un espace sur le côté gauche. Les Codes du côté gauche sont appelés Parité Impair parce qu’il y a un nombre impair de barres noires. Alors que les codes du côté droit sont appelés Parité Pair parce qu’il y a un nombre Pair de barre noire.

Y a-t-il vraiment le nombre 666 sur les code-barres?
  •  Le code de gauche est le miroir/l’inverse du code de droite.
  •  Chaque code du côté gauche commence toujours par un espace (0) et finit par une Barre (1).
  • Chaque code du côté droit commence toujours par une Barre (1) et finit par un espace (0).
  •  Tous les nombres du code-barre sont faits à partir de 4 marques différentes. Une marque peut être un espace ou une barre, une marque varie en longueur, mais il y a toujours 4 marques bien distinctes.

 Par exemple, le code de gauche du nombre 5 est composé d’un espace (1ère marque), de deux barres (2ème marque), de trois espaces (3ème marque) et d’une barre (4ème marque).

 

 

Le Number System Character
 
Ce nombre est un système CUP qui caractérise des types spécifiques de codes barres. Dans un Code Barre UPC ce nombre est placé généralement sur la gauche.
 

Codes du Number System Character :

  • - 0, Nombre CUP standard
  • - 1, …
  • - 2, Poids aléatoires de produits comme les fruits, les légumes, la viande etc..
  • - 3, Pharmaceutique, DVDs, Cassette Vidéos, autres
  • - 4, Code pour revendeur
  • - 5, Coupons
  • - 6, Nombre CUP standard
  • - 7, Nombre CUP standard
  • - 8, …
  • - 9, Livres, autres 

Les 3 Barres de Garde

 

Les 3 barres de garde sont localisées au début, au milieu et à  la fin. La barre de début et de fin sont toutes deux encodées « barre,espace,barre » ou 101. La barre du milieu est encodée tel que « espace,barre,espace,barre,espace » ou 01010. Les barres de garde disent à  l’ordinateur quand la série de numéros du Code Fabricant et du Code Produit commencent et terminent.

 

Par exemple, quand l’ordinateur scanne la première barre de garde, il décode « 101″ ce qui lui permet de savoir si les numéros qui suivent correspondent au code fabricant ou au code produit. Ensuite quand l’ordinateur passe par dessus la barre du milieu « 01010″ il sait à quoi correspond parfaitement les numéros.

Aussi, la première barre de garde est mesurée par l’ordinateur pour pouvoir calculer la largeur d’une unité.

Le Code du Fabricant

C’est un code composé en 5 ou 6 nombres (CUP) qui s’adresse uniquement au Fabricant du Produit. Le code du fabricant est maintenu et assignés par le Uniform Code Council (UCC).

Chaque produits que le fabricant fait sont signés par le même Code Fabricant sur tous les code-barres. Par exemple, le Code Fabricant pour « Livre de Poche » est 782010 (Code EAN International et pas UPC).

Le Code du Produit

C’est aussi un code fait en 5 ou 6 nombres spécifiquement assigné par le fabricant d’un produit particulier. Tous les produits différents, cela inclut aussi les différences de taille ou d’emballage, ont un numéro de Code Produit différent. Par exemple, pour un même produit vendu sous plusieurs formats, une bouteille de 1,5 litre n’aura pas le même code produit qu’une bouteille de 2 litres ou de 0,50 litre.

Le Check Digit

Le Check Digit est une manière informatique de vérifier si le Code Barre est authentique ou pas. Voila la manière de calculer le Check Digit:

  1. Additionner tous les chiffres Pairs. Dans l’exemple « Anatomie d’un Code-Barre » ça donne ceci: 0 (Oui vous devez aussi ajouter le Number System Character) + 2 + 4 + 6 + 8 = 20
  2. Multiplier la somme de l’étape 1 par 3. Avec l’exemple cela donne 20 x 3 = 60
  3. Additionner tous les chiffres Impairs. D’après l’exemple « Anatomie Code-Barre », 1 + 3 + 5 + 7 + 9 = 25. NE pas ajouter le 5 du check digit puisque c’est ce que vous calculez.
  4. Maintenant additionner le résultat de l’étape 2 et 3. Ce qui fait 60 + 25 = 85
  5. Le Check Digit est le nombre qu’on ajoute au résultat de l’étape 4 pour obtenir un multiple de 10. Par exemple, 85 + 5 = 90 qui est multiple de 10

Récapitulatif:

 

Dans le code barre ci-dessus - le 4 est le signe du pays de production, le 0 qui suit fonctionnant en relation avec lui. Les chiffres 1, 2, 3, 4 et 5 indiquent respectivement le code de l'entreprise nationale productrice de l'article. Les chiffres 6, 7, 8, 9 et 0 forment le code définissant l'article en question. Quant au 1, c'est un chiffre servant de clef de contrôle.

 Où est le Prix?

Le prix n’est pas inclus dans les codes barres. Les prix sont dans la base de donnée de l’ordinateur qui scanne les Code-Barres, et non pas sur les Code-Barres eux-mêmes. Quand l’ordinateur scanne un code-barre il envoie l’information directement dans la base de donnée, ensuite l’ordinateur n’a juste qu’à  trouver le produit associé avec le numéro du code-barre, une fois trouvé l’ordinateur peut donner le prix du produit.

 

Afin de bien comprendre le mode d'affichage du code, quelques explications supplémentaires.

 

Chaque chiffre (un 1, un 2, un 3, un 4, un 5, un 6, un 7, un 8, un 9, ou un 0) est représenté par 2 barres et 2 interstices. Pour chaque chiffre décimal, il y a ainsi deux parties de deux barres et de deux interstices. On peut donc identifier précisément, d'après l'épaisseur des barres et l'espacement des interstices, les chiffres représentés.

Tableau des chiffres décimaux et des modules A, B et C correspondants

Les séparations sont ordinairement invisibles sur les codes barre imprimés sur les articles vendus dans le commerce. Par contre, l'intervale de 7 sections mentionnées ici est indispensable pour qu'un lecteur à infra-rouge puisse effectivement lire le code. Donc, quoique invisible à l'oeil nu ces sections existent bel et bien et sont indispensables à la lecture du code barre.

Un code barre complet avec toutes les séparations prévues

Interstices et barres noires sont ainsi eux-mêmes divisés en sections. Chaque chiffre décimal peut être représenté de 3 manières différentes, de sorte que 3 ensembles différents de barres et d'interstices peuvent représenter finalement le même chiffre. On distingue alors pour chaque chiffre, 3 sortes d'ensembles que l'on désigne par les lettres A, B, et C.

L'exemple du chiffre 3 va nous permettre de comprendre le principe de construction d'un module. Un module correspond à une suite de 2 barres et de 2 interstices, qui équivalent à un chiffre. De plus, chaque module est constitué de 7 grandes parties égales. On a ainsi 2 barres et 2 interstices répartis sur 7 sections.

Comme nous pouvons le voir le module B et le module C sont symétriques. Par contre le module A est l'inverse de C dans l'ordre des zones de couleurs noires et blanches. Ce qui revient à remplacer dans le module C les barres par des interstices pour obtenir le module A. Il est à remarquer que l'on a renoncé à introduire un module D qui serait l'inverse de B.

Détail des segments composants le module A du chiffre 3

Les différents modules A, B, C, sont employés simultanément à l'intérieur d'un même code barre. Pour les 6 chiffres de gauche, on prend les modules A et B, pour ceux de droite, on prend exclusivement le module C. Cette répartition permet de distinguer la première de la deuxième moitié du code et d'en définir la direction de lecture.

La permutation intentionnelle que l'on effectue entre les modules A et B détermine le métacode générant le 13ème chiffre caché. Dans l'exemple ci-dessus, ce chiffre caché dans le code est le 4. Le métacode qui codifie le chiffre 4 est dans notre exemple A/B/A/A/B/B. C'est le métacode de l'Allemagne. De fait, cette façon de procéder implique nécessairement que jamais 2 barres ou 2 interstices appartenant à deux modules voisins ne se touchent.

Lorsqu'on leur demande pourquoi ces barres, les inventeurs du code font valoir qu'il s'agit là d'une nécessité d'ordre technique. Ils affirment que ces doubles barres prolongées marquent le début, le milieu et la fin de la lecture de l'article codé, et ce afin que la machine qui lit le code par infrarouge puisse distinguer où commencer et où finir la lecture, justement. Autre avantage, toujours selon eux, la lecture devient indépendante de la position du code barre.

Toujours avec aussi peu de raisons convainquantes, la double barre du milieu est dite nécessaire, selon les concepteurs, pour des besoins de lisibilité. Cette double barre centrale assure une séparation nécessaire entre le numéro national du producteur et le numéro de l'article. Cependant, l'observation des faits montre une exception curieuse à cette règle de lisibilité et de séparation, dans le cas de la génération du numéro dit national. On sait, en effet, que le numéro du pays est généré par deux chiffres.

Dans notre exemple, pour le paquet 0.1.2.3.4.5., il s'agit du 2ème chiffre, ici le 0, que précède un 4. Une double barre prolongée sépare pourtant ces chiffres liés dans un même codage! Cette constatation ruine l'hypothèse, soi-disant rationnelle, cencée expliquer la présences des doubles barres prolongées. Il n'y a donc pas de règle rationnelle expliquant ce choix de symboles ainsi placés dans le code. S'il fallait encore illustrer l'incohérence d'un tel agencement, la présence d'une clef de contrôle à la fin du code article, et ce sans délimitation opérée à l'aide d'une double barre prolongée, invalide une fois encore toute tentative d'explication pratique de l'emploi de cette forme symbolique dans la mise en place des codes barres.

Mais intéressons-nous de plus prêt à la génération du chiffre 6...

Voici les 3 possibilités d'écriture (ou modules) pour représenter le chiffre 6. L'emplacement des barres des modules B et C du chiffre 6 est identique à celui des 3 doubles barres allongées vers le bas présentes sur les codes barres.

Sans conteste ni ambiguïté possibles, ces doubles barres prolongées vers le bas sont caractéristiques du chiffre 6, et ce même lorsque 3 des 4 interstices consécutifs situés avant ou après la double barre manquent (ce qui est le cas pour la double barre prolongée présente au milieu du code). Le chiffre 6 des modules B et C maintient donc sa cohérence même si on élimine ses interstices blancs encadrant les barres noires. Ce qui signifie que c'est la séquence "un segment de barre noire / un segment de barre blanche / un segment de barre noire" qui identifie à coup sûr le chiffre en question. En effet, la double barre noire ainsi formée ne peut être associée dans l'ensemble du système des codes barres à aucun autre chiffre que le 6.

 

 
Qu’est ce que l’inventeur du Code-Barre a à dire sur ce sujet?


George Laurer Inventeur du Code-Barre


Sur son site internet Laurer UPC, George répond à plusieurs questions. La question 6 est celle qui traite du nombre 666 du code-barre.

N.B. La transcription ci-dessous a depuis été retirée de son site.

Version Originale en Anglais

Section 6 Question #1 – Rumor has it that the lines (left, middle, and right) that protrude below the U.P.C. code are the numbers 6,6,6… and that this is the international money code. I typed a code with all sixes and this seems to be true. At least they all resemble sixes. What’s up with that? 11/11/98

Answer - Yes, they do RESEMBLE the code for a six. An even parity 6 is:

1 module wide black bar
1 module wide white space
1 module wide black bar
4 module wide white space

There is nothing sinister about this nor does it have anything to do with the Bible’s « mark of the beast » (The New Testament, The Revelation, Chapter 13, paragraph 18). It is simply a coincidence like the fact that my first, middle, and last name all have 6 letters. There is no connection with an international money code either.


For more hogwash about 666 implications of the U.P.C., government form numbers, other publications, codes and the like, see Mary Sterwart Relfe’s book « The New Money System ». Such hype about the U.P.C. has been around since 1973.


En Français:

Section 6 Question #1 Il y a des rumeurs sur quoi la ligne (gauche, milieu et droite) qui sont en dessous du code CUP est le chiffre 6,6,6… et que c’est le système monétaire international. J’ai tapé un code avec tous les six et ça à l’air d’être vrai. Au moins ils ressemblent à 6. Qu’est ce que ça veut dire? 11/11/98

Réponse - Oui, ils RESSEMBLENT au code 6. Une parité pair du nombre 6 est:

1 barre noire
1 espace blanc
1 barre noire
4 espaces blanc

Il n’y a rien de sinistre à propos de cela comme il n’y a aucune connexion avec la « marque de la bête » biblique(Le nouveau testament, Révélation, Chapitre 13, Paragraphe 18). C’est simplement une coïncidence comme le fait que mon nom de famille, mon prénom et mon deuxième prénom comportent tous 6 lettres. Il n’y a pas non plus de connexion avec le système monnétaire international.

Pour encore plus de sottises sur l’implication du 666 sur le code CUP, les nombres gouvernementaux, et autres publications sur le code-barre, voyez le livre de Mary Sterwart Relfe « The New Money System ». De telles publicités sur le code-barre existent depuis 1973.

 

Le code UPC: l'invention de George J. Laurer

Finalement, régulièrement questionné à ce sujet, le message suivant apparut sur son site:



Traduction:

"A partir de Novembre 2000,
Je ne répondrai plus à aucune question concernant ce sujet."

(Testament n'est même pas écrit correctement dans le titre…)

Publié dans Découvertes

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

kamel 22/04/2015 10:24

la 3f de foot pourrais être qualifié de la marque de la bête, le F ET LA SIXIEME LETTRE DE NOTRE ALPHABET .bon ok ca délire bien...
cela dit si l'on reprend le texte a sa source, c'est bien un nom inscrit sur le front et la main gauche et non pas un chiffre ! en revanche la traduction de se nom en chiffre doit donner 666,et il faut se rappeler que se texte dit que l'on ne pourra ni acheter ou vendre... sans se nom. ca pourrai être visa ou un truc comme ca ...